Safranbolu : «une ville conservée»*

İbrahim CANBULAT, Architecte

 

Actuellement, 1 171 des 50.000 batiments classes en Turquie se trouvent ıl Safran­bolu. Du fait de ce nombre, la ville est la troisierne du pays.

*İsmet Saraçoğlu

Dans i ‘Iliade d ‘Homere, Safranbolu est pre­sentee pour la premiere fois sur la scene de I’Histoire comme le pays des Gaska allant aider Troie ; la ville est l’heritiere d’une ri­che culture qui se devoile peu a peu. Safran­bolu a pu preserver un passe commence il y a 2 700 ans jusqu’a aujourd’hui par ses ri­chesses culturelles et ses valeurs humaines. Situee sur le reseau des routes commercia­les reliant I’ Anatolie Centrale a la côte de la Mer Noire, Safranbolu possede un centre ville utilise depuis des siecles. Apres l’epo­que des caravanes, qui avait melange les habitants de Safranbolu adiverses cultures, le quartier des tanneurs ainsi que les bouti­ques artisanales ou l’ on travaille le cuir ont pu survivre jusqu’a nos jours. Lorsque vous marchez vers la place du marche, observez les quelques maıtres artisans travaillant dans leurs boutiques, emblemes du passe, dans la Rue de Saraçlar (Selliers), la Rue des Kunduracılar (Cordonniers), la Rue des Semerciler (Batiers) et a Yemeniciler Arastası (Marche des Pantoufliers). D’habitude, ce sont plutôt les biitiments re­ligieux ou administratifs construits en pier­re de taille qui sont conserves. Mais une des principales caracteristique de Safranbolu reside dans le fait que la majorite des bii­timents sous protection sont des maisons a colombage et aux murs en pierre recouverts par un crepi de boue, exemples de l’archi­tecture civile.

*Ahmet Yıldız

Le safran (Crokus Sativus), qui donne son nom a Safranbolu, est une plante qui donne des fleurs pourpres et parfumees aux mo is de septembre et octobre. Ses fleurs com­portent six etamines. Ce sont ces etamines orangeesquidonnentlesafran,quiestconnu comme l’epice ayant le plus de valeur. il est utilise comme medicament en Anatolie de­puis l’epoque des Hittites. Cette epice etait presque tomMe dans l’oubli vers la fin des annees 1990. Heureusement, la production de safran encouragee de nouveau par un programme de soutien se repand de plus en plus. Le safran stimule le systeme nerveux, donne de l’appetit, allege la menstruation. Dans un des articles qu’il a redige, le Prof. Dr. Erdem Yeşilada dit que parmi toutes les plantes citees comme aphrodisiaques, «… seull’effet du safran est demontre scienti­fiquement »..

La maison de Macun Ağası İzzet Efendi

D’apres l’historien local Hulusi Yazıcı, «… Non seulement le Sultan İbrahim souffrait des troubles nerveux, mais son trône etait reste egalement sans prince heritier. Unjeu­ne cadre de la medersa qui maıtrisait l’uti­lisation des methodes psychologiques avait ete conseille a Valide Sultane qui cherchait une solution a la situation. Valide Sultane avait ecoute ses conseils afin de les essayer. C’est ainsi que Hüseyin Effendi (Cinci Ho­dja) de Borlu (Safranbolu) qui avait su re­soudre ces troubles nerveux en peu de temps et qui avait gagne la confiance du Sultan avait ete promu au grade de « Kazasker» en quelques annees et prit place sur la scene historique. il avait ete nomme professeur en 1642 d’abord a la medersa de Salını Seman et puis a celle de Süleymaniye. Suite au detrônement du Sultan İbrahim, sa fortune avait ete confisquee et distribuee, et lui, il avait ete execute la meme annee. » Cinci Hoca avait depense une partie de ses richesses pour la construction de biiti­ments a Safranbolu. Le Han de Cinci et le Nouveau Hammam, qui sont les endroits les plus somptueux de Safranbolu, sont les deux edifices qu’il a offerts a cette ville.

*Murat Germen

Le Macun Ağası (Maıtre de Gelees) est un cadre qui oeuvrait dans le palais ottoman et qui travaillait sous la dependance du Grand Vizir. Comme on le comprend a son titre, son devoir etait de preparer des gelees et des bonbons au caramel pour le Sultan. İzzet Effendi, originaire de Safranbolu et qui etait Macun Ağiısı vers le milieu des an­nees 1800, avait fait montre de sa richesse en faisant construire une residence dans sa ville natale. La maison de Macun Ağası İzzet Efendi, renommee principalement par ses fresques, est un batiment age de 160 ans et elle fait partie des 835 maisons classees de Safran­bolu. Le jardin, entoure par de hauts murs, s’integre a l’aire de vie et de travail com­mun que l’on appelle « Hayat ». Une piece appeIee « Hazine » et recouverte par une vollte en berceau se trouve dans les mai­sons des familles aisees ou on conserve les objets de valeur et meme les cereales contre le feu et le vol. L’etable est une autre partie du soubassement. La mezzanine est conçue de manit~re il maintenir la temperature. Un «Aşevi» et juste il côte un depôt d’ aliments et des pieces de conservation se trouvent toujours il ce niveau. La pergola se trouvant egalement au meme etage est aussi tres fonctionnelle par 1’animation qu’elle offre il la vie quotidienne et en tant qu’un prolon­gement de la cuisine. L’etage superieur est souvent constitue d’un sofa central somp­tueux mais aux dimensions equilibrees et humaines. Chacune des quatre chambres construites aux quatre coins de l’ etage et ou I’ on accede par des portes diagonales repre­sentent des mondes il part. Quand elle fut rachetee par ses nouveaux proprietaires Mme. Gül et l’architecte M. İbrahim Canbulat, cette maison n’etait qu’un tas de beton. Elle etait divisee en trois appartements independants destines il l’hebergement de trois familles par l’ajout de nouvelles parties. Aucune trace n’etait restee des fresques cachees demere de multiples couches de peinture sur les murs interieurs. La restitution et conservation de ces fresques realisees lors d’un proces­sus de restauration difficile et sensible ont dure exactement trois ans. La Residence de Macun Ağası İzzet Efendi a ete honoree en 2006 par le Prix d’ Architecture Nationale offerte par la Chambre des Architectes de Turquie tous les deux ans.

*Turgut Ertuğrul

Environ 60 residences il Safranbolu ont ete restaurees et mises au service du tourisme ces dix demieres annees. Lorsque vous sejoume­rez dans une de ces residences, vous verrez que tout est impregne par un long passe. Ne cherchez pas d’aphrodisiaque il Safran­bolu ; vous le trouverez dans 1’ame de la ville.

_____________________________________________

*Supplément gratuit, Safranbolu, au numéro 55, Novembre 2009, Aujourd’hui la Turquie

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s